IV. La Longue Histoire du 19ème siècle

9. L'histoire du Corsaire Louis-Michel Aury

Le corsaire français Louis-Michel Aury (1788-1812), né à Paris, servit dans la Marine française puis, ayant choisi d'être maître de sa destinée, déserta en 1810 pour commander son propre navire.

Il soutint les colonies espagnoles d'Amérique du Sud dans leur combat contre l'Espagne pour l'indépendance en attaquant les navires espagnols. Il apporta son aide à Simon Bolivar, chef des révolutionnaires d'Amérique Latine, mais abandonna la cause suite à un désaccord sur les paiements de ses services.

Ayant accepté le poste de commissaire en résidence de l'Ile de Galveston, Texas, qui lui avait été offert par José Manuel de Herrera, envoyé de la jeune République de Mexico, Aury déclara Galveston port de la République et, en 1816, y établit une base de corsaires.

Tandis que Aury transportait des troupes espagnoles vers la rivière Santander à Mexico, un autre corsaire français, Jean Lafitte (1776-1823) s'empara de Galveston. De retour au Texas, Aury essaya, sans succès, d'établir une nouvelle base dans la Baie de Matagor. Finalement, il quitta le Texas en 1817 pour apporter son aide à l'aventurier écossais Gregor MacGregor, soi-disant « Brigadier Général des Provinces Unies de Nouvelle Grenade et Venezuela et Général en Chef des armées des deux Floride » qui voulait attaquer la Floride espagnole à partir de l'Ile Amelia, dans l'actuel Comté de Nassau. MacGregor quitta les lieux en novembre mais Aury resta sur place, proclamant l'île République Indépendante. En décembre 1817 cependant, l'armée des Etats-Unis le contraignit à partir.

10. La « Maison Audubou à Key West

Jean-Jacques Audubon (1785-1851) célèbre ornithologiste, naturaliste et artiste franco-américain était né en Haïti. En 1832, il séjourna à Key West, prenant des boutures sur les plantes de la propriété que l'on appelle aujourd'hui Jardins Tropicaux et Musée d'« Audubon House ». Sur un tableau oú il a représenté le pigeon à couronne blanche on peut voir l'arbre Geiger qui se trouve aujourd'hui encore dans le jardin de la maison. Au cours de plusieurs voyages en Floride (parmi lesquels un court séjour à St Augustine et dans la plantation de John Bulow), Audubon découvrit et peignit plus de 52 nouveaux types d'oiseaux. Dans ses lettres et autres écrits publiés il décrivait les paysages, villages et pittoresques habitants de Floride. Certaines de ces descriptions furent publiées dans son Ornithological Biography (1831-49).

La maison fut construite par John Geiger vers 1850. Michell et Frances Wolfson, eux-mêmes originaires de Key West, firent restaurer Les Jardins Tropicaux et le Musée de la « Maison Audubon » en 1960.

11. La concession de Lafayette et « Frenchtown »

Le chapitre suivant concernant les liens entre la France et la Floride est étroitement lié à plusieurs éminentes personnalités de l'époque des révolutions américaine (1775-1783) et française (1789-99), du Premier Empire de Napoléon (1804-1815). Parmi elles se trouve Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, Marquis de Lafayette (1757-1834), issu de la noblesse et l'un des hommes les plus riches de France. En 1777, Lafayette arriva aux Etats-Unis, oú durant la Révolution Américaine contre les Britanniques, il servit dans l'Armée Continentale avec le grade de Major General.

En reconnaissance des services rendus, le Congrès des Etats-Unis lui octroya la somme de 200.000 dollars et l'autorisa à choisir une propriété de 36 miles carrés qui lui fut attribuée au cours de son voyage aux Etats-Unis en 1824-25.

A cette époque, la Floride, dernière en date des acquisitions des Etats-Unis (1825), était au cœur de l'actualité en raison de la forte expansion du développement foncier. Certaines régions offraient de grandes possibilités dans le domaine de l'agriculture et du développement et le gouvernement essayait d'attirer des colons. Il chargea le Colonel John McKee, représentant de l'Alabama au Congrès et par ailleurs agent immobilier bien connu, de sélectionner un site pour établir la commune destinée à Lafayette. Début avril 1824 McKee arriva en Floride et se rendit à Tallahassee qui venait d'être choisie comme capitale territoriale. Le 22 juin 1822 McKee écrivait à George Graham, Commissaire des Domaines Publics que le choix était fait. Le décret attribuant officiellement la propriété du terrain à Lafayette fut signé le 4 juillet 1825 par le Président John Quincy Adams.

La « Plantation Lafayette » comprenait le lac Lafayette dans la plaine côtière à l'ouest de Tallahasee, près de l'actuelle zone d'urbanisation « Fallschase ». Un monument marque le coin sud-ouest de la concession; ce monument sert aussi de marqueur topographique pour le Méridien de Tallahassee. Lafayette ne vit jamais ses terres en Floride. Ses petits-enfants, Edmond et Ferdinand, y passèrent en 1850.

L'expérience vécue par Lafayette pendant sa jeunesse en Amérique contribua à faire mûrir sa pensée politique et l'abolition de l'esclavage joua un rôle important dans la formation de sa pensée. En Floride il vit la possibilité d'établir une communauté libre. En mars 1851, trois amis de longue date de Lafayette, accompagnés de 50 à 60 paysans normands - transportant semences, boutures, outils – établirent un premier village dans la région. Le climat sub-tropical de la Floride leur parut trop chaud, et malgré la qualité du sol et la générosité des aides accordées, 3 mois après leur arrivée ils n'avaient défriché que 50 acres. En outre, les actes leur garantissant la propriété du terrain n'avaient pas été correctement certifiés et n'avaient donc aucune validité. Petit à petit la colonie commença à se disloquer. La plupart des colons repartirent pour la France, d'autres se dirigèrent vers la ville française de la Nouvelle Orléans. Quelques uns restèrent cependant, et grâce à l'aide d'Achille Murat parvinrent à gagner leur vie. Vers les années 1840, les marchands et ouvriers français détenaient environ un tiers des terrains de la région que l'on appelle aujourd'hui « Frenchtown » à Tallahassee. En 1855, la totalité des terrains composant la municipalité de Lafayette (plus de 12.000 ha) avait été vendue à des plantations privées oú l'on cultiva du coton jusque dans les années 1860.

Le Comté Lafayette, 33ème comté de l'Etat créé le 23 décembre 1856, en partie à partir du Comté de Madison comprenait les actuels comtés Lafayette et Dixie.

Le Comté Lafayette, Floride

12. Simon Bernard Général d'Empire

La décade très agitée de la Révolution française se termina par le coup d'état de 1799 qui permit au jeune et ambitieux général Napoléon Bonaparte de se hisser au sommet de l'Etat et de devenir Empereur des Français en 1804. Le nouvel « ordre des choses » qui s'ensuivit et les guerres de 1804 à 1814 offrirent à de nombreux hommes de talent l'opportunité de faire de brillantes carrières. Ce fut le cas du Général Simon Bernard (1779-1839).

En 1794, Bernard entra à l' Ecole polytechnique à Paris et devint un ingénieur militaire de talent. Officier de l'armée française dès 1799, il participa à de nombreuses batailles, et en 1814 était général de brigade et baron d'Empire.

Après la première abdication de Napoléon en 1814, Bernard se rallia au roi Louis XVIII, mais rejoignit l'Empereur à son retour de l'île d'Elbe. Après la défaite de Waterloo et le retour du roi, il fut exilé par le Général Henri Clarke, Ministre de la Guerre de la Restauration. Le secrétaire de Napoléon, Louis Bourrienne, écrivait à ce propos dans ses Mémoires, en 1818 : « cet acte stupide priva la France de cet homme remarquable qui refusa les propositions flatteuses de plusieurs souverains d'Europe pour se retirer aux Etats-Unis d'Amérique oú il dirige les ingénieurs et a construit sur la côte de Floride des fortifications considérées comme des chefs-d'œuvre de l'art militaire ». Le 16 novembre 1816, le Président James Monroe nomma Bernard « assistant dans le Corps du Génie des Etats-Unis avec le rang de Brigadier Général octroyé par brevet et les compensations accordées au chef de ce corps ». Le Général Bernard demeura aux Etats-Unis jusqu'en 1831.

Le Général Bernard fut chargé de concevoir Fort Pickens, construit principalement par des esclaves entre 1829 et 1834. Situé à l'extrémité occidentale de l'Ile Santa Rosa, Pensacola, non loin du continent, Fort Pickens (ainsi que le Fort McRee voisin), était stratégiquement placé pour protéger l'île et l'entrée du port à Pensacola. Le général Bernard recommanda de faire construire une série de canaux, avec un système complet de voies navigables le long de la côte, parmi lesquelles un canal dans la partie inférieure de la Floride jusqu'au Golfe du Mexique. On peut citer encore l'Intracoastal Waterway Cross Florida Barge Canal. Ce projet aussi digne d'intérêt aujourd'hui qu'en 1836, fut mis en suspens en 1936 et finalement abandonné en 1970.

13. Ex-princes – Achille (et Catherine) Murat

Joachim Murat (1767-1815), Maréchal et Grand Amiral d'Empire (1804), Grand Duc de Clèves et de Berg (1806-1808), Roi de Naples et Sicile (1808-1814), était l'un des proches collaborateurs de Napoléon. En 1800 il épousa Caroline Bonaparte, sœur de Napoléon. Quatre enfants naquirent de ce mariage. La vie de l'un d'entre eux, Achille, est étroitement associée à la Floride et Tallahassee.

Le neveu de Napoléon, Achille Charles Louis Napoléon, 2ème Prince Murat (Prince héréditaire de Clèves Berg, Prince royal de Naples) naquit le 21 juin 1801 à Paris. Pendant son enfance et sa jeunesse, Achille voyagea avec son illustre famille entre l'Europe occidentale et l'Italie. En 1814 Napoléon fut contraint d'abdiquer alors que son beau-frère le Roi Joachim Murat, pour sauver son propre trône, faisait alliance avec les Autrichiens (qu'il avait combattus sous l'Empire). Après le retour de Napoléon de l'Ile d'Elbe, Murat prit le parti de l'Empereur et fut sévèrement battu par les Autrichiens. Au printemps 1815, il monta une expédition et essaya en vain de reconquérir son trône. Le 13 octobre 1815, l'ex-Roi de Naples et de Sicile fut fusillé par un peloton d'exécution.

Après la mort de son père, Achille Murat vécut d'abord avec sa famille en différents lieux d'Autriche, puis, à 21 ans, décida d'émigrer aux Etats Unis. En 1823 il quitta l'Espagne à bord d'un bateau à destination des Etats Unis. Il ressemblait beaucoup à Napoléon son oncle et pour ne pas être reconnu adopta un nom d'emprunt. Cependant, bien qu'il eût renoncé à sa nationalité européenne et à tous ses titres, son réseau de relations le conduisit à Washington oú il se lia d'amitié avec le Gouverneur Richard Keith Call, délégué territorial de la Floride au Congrès.
Florida territorial Governor Richard Keith Call

le Gouverneur Richard Keith Call, délégué territorial de la Floride (photo reproduite avec l'aimable autorisation des archives d'Etat de Floride)

Le Gouverneur Call informa Murat des opportunités offertes dans le nouveau territoire de Floride qui, en 1821, avait été acheté par les Etats Unis à l'Espagne. En 1824, Achille s'établit à St. Augustine, résidant pendant une courte période dans la propriété aujourd'hui appelée «Maison du Prince Murat » et toujours visible 250 George St.

House of Prince Murat

La Maison du Prince Murat (circa 1790) (avec l'aimable autorisation des archives d'Etat de Floride)

Murat s'intégra rapidement à la société de St. Augustine: il devint membre de la loge maçonnique et donna sans la politique locale. Il s'enrôla dans la milice locale et s'engagea comme volontaire sous les ordres de son ami Joseph Hernandez, Brigadier Général.

A peu près à la même époque, Murat fit l'acquisition d'une grande propriété de 1.400 ha à environ 16 km au Sud de St. Augustine sur la rivière Manzanas à l'embouchure de Moses Creek. Il y fit construire une plantation oú il cultiva des orangers, du riz et l'indigo. Il baptisa sa plantation Parthénope en l'honneur de l'éphémère République Parthénopéenne créée durant la première campagne d'Italie de Napoléon, en 1796-1797.
Painted portrait of Prince Achille Murat - Tallahassee, Florida

Achille Murat à la fin de sa vie (Avec l'aimable autorisation des archives d'Etat de Floride)

Vers 1825 Murat acheta, à 25 km environ à l'est de Tallahassee, une propriété qu'il baptisa Plantation Lipona oú il vécut les derniers moments de l'époque coloniale et les débuts de l'Etat de Floride. Lipona est l'anagramme de Napoli (Naples), en référence au royaume qui aurait du être le sien. Sa décision d'acheter Lipona était sans doute liée à l'installation d'autres colons français dans la région.

En 1825 Murat fut élu conseiller municipal de Tallahassee puis maire la même année. En 1826 il fut nommé Maître des Postes, charge qu'il conserva jusqu'en 1838. Le 12 juillet 1826, Murat épousa à Tallahasee Catherine Daingerfield Willis Gray (1803-67), arrière-petite-nièce de George Washington. Durant les premières phases de la seconde guerre séminole, Murat servit dans la Milice de Floride et fut l'assistant de Richard Keith Call, gouverneur territorial.

Par la suite Murat et sa femme quittèrent Tallahassee pour la Nouvelle Orléans oú il vécut pendant plusieurs années et exerça la profession d'avocat. Après la Révolution de Juillet de 1830 en France, Murat repartit en Europe et servit brièvement comme Colonel de la Légion Belge (Royaume des Pays Bas). Pendant son séjour en Belgique et en France il tenta en vain de récupérer une partie de la fortune familiale constituée des biens de ses parents. En février 1834 les Murat revinrent dans la région de Tallahassee. En février 1834 Murat fut nommé juge du Comté Jefferson. 

Murat mourut le 15 avril 1847 dans sa plantation Liponia et fut enterré au Cimetière de l'église épiscopale St. John, aujourd'hui au centre-ville de Tallahassee. Après sa mort, son épouse Catherine s'installa à Bellevue, une plantation qu'elle acheta en 1857 oú elle vécut jusqu'à sa mort en 1867. La maison principale de Bellevue fut transférée au Musée d'Histoire et de Sciences Naturelles de Tallahassee oú on peut la visiter aujourd'hui.

14. Deux décennies à Fort Denaud, 1838-58

Fort Denaud, dans l'actuel Comté Hendry, fut établi en 1838 durant la seconde guerre séminole (1835-42). Construit sur la rive sud de la rivière Caloosahatchee, à 45 km environ à l'est de Fort Myers, sur un terrain appartenant à un négociant franco-indien, Pierre Denaud, ce fort faisait partie d'une série de postes permettant d'assurer la liaison entre  les opérations américaines au sud de Tampa et la côte est. A l'origine le fort était constitué de tentes dressées à proximité d'un blockhaus. Il servait en fait de dépôt de munitions pour les troupes stationnées dans la région du Lac Okeechobee et fut en service jusqu'à la fin de la seconde guerre séminole en 1842.

Fort Denaud fut remis en service en 1855, peu après le début de la troisième guerre séminole. On y ajouta des quartiers pour les soldats, un hôpital, un corps de garde, une prison, des magasins et des écuries. Une communauté agricole cultivant des agrumes et de la canne à sucre s'organisa autour du fort. Détruit par un incendie en juin 1856, le fort fut reconstruit sur la rive nord de la rivière à environ 1,6 km en aval.

Le fort fut finalement abandonné en mai 1858 et les habitants quittèrent la région. Il ne subsiste rien du fort, si ce n'est les fondations. Principalement dédiée à la culture des oranges la région est aujourd'hui spécialisée dans le conditionnement et l'expédition des agrumes. L'actuelle communauté environnante de Fort Denaud tient son nom de l'ancienne forteresse (quelquefois orthographié Deynaud). En 1963 on construisit sur le site un pont tournant permettant de traverser la rivière Caloosahatchee. C'est l'un des 83 ponts qui restent encore aux Etats Unis dont 8 seulement en Floride.

15. Le Premier Evêque de Floride et la Communauté des Sœurs de St. Joseph

Le diocèse de St. Augustine fut créé en 1870 et son premier évêque fut le français Jean-Pierre Augustin Marcellin Vérot qui exerça son ministère jusqu'à sa mort en 1876.

Plein de zèle et d'énergie, Vérot se déplaçait de mission en mission mais regrettait de ne pouvoir nommer de pasteur à demeure dans les villes et villages qui en faisaient la demande. Parti en France pour recruter des prêtres, il revint avec 7 prêtres, dont deux, Henry Peter Clavreul et Peter Dufau, devinrent ses proches collaborateurs. Le Père Clavreul fut envoyé à Mandarin, près de Jacksonville, oú, pendant 25 ans il dirigea la Mission Catholique St. Joseph. En 1902 il devint Vicaire Général du diocèse de St. Augustine.

A St. Augustine une propriété ayant appartenu au 19ème siècle au Père Michael O'Reilly fut transformée en presbytère paroissial, lequel à partir de 1866 fut occupé par les Sœurs de St. Joseph (congrégation fondée en 1650 par un Jésuite français, le Père Jean Paul Médaille) que Vérot avait recrutées au Puy en Velay (Centre sud de la France).

De nombreuses religieuses étaient volontaires mais les huit premières choisies furent Marie Sidonie Rascle, Mère Supérieure, ainsi que les Sœurs Marie Julie Roussel, Marie Joséphine Deleage, Marie Clémence Freycenond , Saint Pierre Borie, Marie Joseph Cortial, Julie Clotilde Arsac et Marie Célenie Joubert. Elles débarquèrent en Floride au débarcadère de Picolata sur les rives de la rivière St. John le 2 septembre 1866.

La langue, la culture, le climat étaient nouveaux pour elles, mais les religieuse françaises, animées par la foi, s'y adaptèrent avec joie. Déplorant la disparition des sœurs qui succombaient à la maladie ou aux conditions insalubres, la communauté accueillit de nouveaux membres. Les sœurs établirent des missions en Floride et en Georgie. Elles s'efforcèrent constamment de secourir les malades et les pauvres. Consacrant leur énergie à l'éducation des différents groupes sociaux, elles s'occupèrent principalement des noirs récemment libérés de l'esclavage, essayant de les amener à rejoindre les rangs de l'Eglise Catholique, faisant ainsi concurrence aux efforts des Protestants. L'une de leurs premières réalisations fut la création d'écoles gratuites pour garçons noirs et blancs (1867) et autres établissements similaires. Les écoles les plus réputées étaient l'Académie St Joseph (1877) pour filles blanches et St Benoît le Maure (1898) pour garçons noirs à St Augustine, aujourd'hui situées à Lincolnville.

D'autres congrégations, avec écoles, furent fondées à proximité, à Jacksonville (1868), Ferdinanda Beach (1872), Mandarin (1874), Palatka (1876), Elkton (1882), Ybor City (1891) et Miami (1905). En plus de leur travail d'éducation, les religieuses soignèrent les victimes des épidémies de fièvre jaune qui frappèrent Fernandina en 1877 et Jacksonville en 1888.

En 1944, la Maison O'Reilly fut transformée en musée, mais les cours y furent donnés jusqu' en 1956.

16. Philippe Odet et le Parc Philippe

En 1822, Philippe Odet (1787-1869), originaire du Léon, construisit la première propriété située sur Old Tampa Bay, à 32 km environ au Nord-est de Pass-a-Grille qui selon la légende locale tient son nom du français « Passe aux Grilleurs », en référence aux pêcheurs qui faisaient griller leur pêche sur le rivage. En 1842, Odet acheta 80 ha de terre sur la péninsule Pinellas dans l'actuel Safety Harbor et devint le premier colon non-originaire de la région à s'y établir de façon permanente. Homme d'affaires prospère il introduisit la fabrication du cigare et la culture des pamplemousses dans la région de Tampa. Ses descendants, parmi lesquels les familles McMullen et Booth (auxquelles la Route McMullen-Booth doit son nom) font partie des plus célèbres pionniers du Comté Pinellas. Philippe Odet fut enterré en 1869 dans Philippe Park, son ancienne plantation, ainsi nommée en son honneur.

Odette sic Phillipi sic dedication

Dédicace Odette (sic) Philipi (sic) (Avec l'aimable autorisation des Archives d'Etat de Floride)

The Box of grapefruit I promised you from Florida

La caisse de pamplemousses de Floride que je vous ai promise (Avec l'aimable autorisation des Archives d'Etat de Floride

17. La Plantation du Marquis de Fougère

Un autre Français, Rose François Félix Marquis de Fougères, ( ?- 1840) ancien Lieutenant-Colonel et Chevalier de l'Ordre Militaire de St Louis, Consul de France à Charleston, S.C., également propriétaire d'une plantation sur la Côte orientale de Floride, passa beaucoup de temps à St. Augustine dans les années 1820. Dans le numéro du 14 février 1824 de l'East Florida Herald il fit paraître un article d'une demi-colonne expliquant « la méthode pour fabriquer du sucre telle qu'elle fut récemment présentée par les chimistes de Paris ». Le Marquis de Fougère avait acheté la plantation Rosetta sur la rivière Tomoka, dans l'actuel comté Volusia, après la mort de son ancien propriétaire Robert McHardy. Cette propriété était décrite comme « l'une des plus belles plantations de toute la Floride ». Elle s'étendait sur près de 900 ha, dont 400 de boisements naturels, 140 réservés à la culture du coton et du maïs et environ 350 ha de « marais dont une partie considérable était auparavant cultivée en rizières ». Selon les archives, les bâtiments comprenaient l'ancienne maison d'habitation, un grand hangar pour le coton, pour l'égreneuse de coton, la cuisine et autres bâtiments annexes, y compris des logements pour 50 esclaves.

18. Emile Dubois et son vignoble à la Mission St Louis

Bien que principalement associée à une mission espagnole du 17ème siècle chargée d'évangéliser les Indiens Appalaches, la Mission San Luis a également un lien avec la présence française. En juin 1884, Helen Bigelow Dodd de Boston vendit une partie de la propriété San Luis à Emile Dubois(1844- ?) un Français originaire de la région de Bordeaux, qui y implanta et développa un vignoble.

Emile DuBois with others pose for a photo at a room - Tallahassee, Florida

Emile Dubois à San Luis (Avec l'aimable autorisation des Archives d'Etat de Floride)

Dubois fut un pionnier dans le domaine de l'horticulture en Floride. Il arriva à Tallahassee en 1883 «avec l'intention d'étudier la possibilité de faire de la Floride une terre de culture de la vigne ». En 1889, il publia un livre illustré très documenté : «Culture de la vigne et fabrication du vin ». Régulièrement paraissait sous sa plume un article intitulé « Les Vignobles » dans le Florida Dispatch, publication diffusée dans tout l'Etat. Il parcourut toute la Floride en train pour promouvoir la culture de la vigne. En 1900, à l'Exposition de Paris, il fut récompensé par des médailles d'or et d'argent pour son vin et une médaille d'argent pour des alcools. Dubois repartit en France vers 1916.

19. L'Agence consulaire de France, Apalachicola

Le 12 août 1845, Apalachicola, à l'époque l'un des ports les plus importants et les plus animés de la Gulf Coast, fut autorisé à établir une agence Consulaire chargée de protéger les intérêts commerciaux des citoyens et établissements français travaillant dans le port ou à proximité. Ainsi, Mr Rosan, Consul honoraire de France était un acheteur de coton résident.

Au début des années 1900, Le Consulat de France était situé au second étage du Grady Building (dont la construction datait de la fin des années 1880). De 1889 à 1905, la fonction de Consul honoraire fut assurée par Antoine Jean Murat.

L' héritage et l' histoire de l'agence consulaire se sont transmis au « Consulate », l'hôtel situé 76 Water Street.

The Grady Store - Apalachicola, Florida

Grady store, Water Street, Apalachicola (photo due à l'aimable autorisation des Archives d'Etat de Floride)

20. Ecrivains, premiers « auteurs de science-fiction »

François-René de Chateaubriand (1768-1848), célèbre écrivain et homme politique français, commença sa carrière comme officier militaire. Bien que d'abord favorable à la Révolution Française, en 1791, au moment oú les événements prenaient un tour plus violent, Chateaubriand décida de se rendre en Amérique du Nord oú il séjourna pendant plus d'un an. Cette courte expérience lui fournit le décor de romans comme Atala (publié en 1801), Voyage en Amérique (1827) et son œuvre autobiographique, Mémoires d'Outre-Tombe (1848-1850), dans laquelle il parle de la Floride et des « Séminoles ». Bien qu'il ne soit pas certain que Chateaubriand ait personnellement visité « l'Etat du Soleil », ses descriptions de la nature du Sud Profond de l'Amérique, encore peu colonisé, révèlent un style très nouveau pour l'époque qui allait bientôt entraîner la naissance du mouvement romantique dans la littérature mondiale.

En 1865, Jules Verne (1828-1905), l'auteur français qui ouvrit la voie dans le domaine de la science-fiction, écrivit un roman teinté d'humour, De la Terre à la Lune. Le Gun Club décrit dans ce livre de fiction est une société de Baltimore, spécialisée dans la conception d'armes de toutes sortes et qui fabrique un canon de longue portée, le Columbiad, capable de lancer un projectile sur la lune. Le site de lancement décrit par Jules Verne dans cette fiction était situé à Stone's Hill dans la « ville de Tampa » en Floride. Ce récit anticipait de cent ans environ l'implantation du Kennedy Space Center en Floride. Le premier satellite français fut lancé en 1965 par la NASA.

Astérix, le premier satellite français lancé le 26 novembre 1965 (avec l'aimable autorisation de l'Ambassade française à Miami).

An official marker at the approach of the Ballast Point Pier tells of the park at this scenic point being named Jules Verne Park in honor of the French writer who did so much to publicize Tampa (Courtesy of Ballast Point Park).

21. ...et historiens

En 1875, Paul Gaffarel (1843-1920) Professeur de Belles-lettres à Dijon, membre de la Société de Géographie et de la Société d'Histoire Française publia l'Histoire de la Floride Française dans laquelle il mentionne la première expédition en Floride et décrit comment la Floride était perçue par les premiers colons.

22. Descendants de diplomates …

En 1873, une route à péage reliait la zone de Jacksonville est à la communauté de Panama à l'embouchure de la Trout River. Cette route fut ultérieurement rebaptisée en mémoire d'un célèbre résident saisonnier, Charles Maurice Camille, Marquis de Talleyrand, descendant du célèbre diplomate et homme politique français, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838).

En 1869, Elisabeth Marquise de Talleyrand-Périgord, épouse américaine de Charles Maurice Camille acheta « Millwood » une parcelle de 15 ha , sur la rive sud de Long Branch Creek, Comté Marion, à l'endroit oú la crique se déverse dans la rivière St Johns. Construite dans les années 1850, « Millwood » était la résidence familiale de campagne du propriétaire de la scierie, James Daniel, dont le fils James Jaquelin Daniel (1832-1888) fut un dirigeant honorablement connu dans la ville. Talleyrand occupa « Millwood pendant quelques saisons et revendit la propriété en 1873.

23. Le Phare de St Augustine et les lentilles de Fresnel

En 1819 l'ingénieur français Augustin Jean Fresnel (1788-1827) fut nommé à la Commission des Phares par le gouvernement français. En 1822, après quelques expériences, Fresnel mit au point une lentille à échelons pour les phares, ce qui lui valut une réputation internationale. Non seulement la lentille de Fresnel reflétait et réfractait la lumière, mais elle capturait également jusqu'à 80 pour cent 100 de la lumière de la source et était visible à plus de 30 km en mer.

La grande majorité des lentilles utilisées aux Etats Unis à cette époque venaient de France. La lentille de Fresnel équipant le phare de St. Augustine en 1874 avait été spécialement fabriquée à Paris selon la technique du soufflage à main levée et mesurait (2,70 m environ). Dans son numéro du 28 février 1889, le Saint Augustine Weekly News décrit ainsi la lentille : « la lampe est constituée d'un cylindre de cuivre d'une capacité de 10 gallons (38 litres environ). A l'intérieur un lourd contrepoids commande l'arrivée de l'huile sur le brûleur. Le brûleur comporte cinq mèches disposées en cercles concentriques. Dans la cheminée qui va jusqu'au toit un amortisseur permet de réguler la flamme. Le globe est une énorme enveloppe de verre qui tourne autour de la lampe toutes les 9 minutes. Un éclat se produit toutes les trois minutes lorsqu'un gros œil de bœuf vient s'aligner entre la lampe et l'œil humain. La cage pèse deux tonnes. Elle tourne autour d'un système d'horloge. La machinerie se trouve dans le boîtier en verre directement sous la lanterne.»

Le phare de St. Augustine fut le dernier a être électrifié en Floride, en 1936.

Aux Etats Unis, il ne reste plus aujourd'hui en usage dans les phares que 16 lentilles de Fresnel de premier ordre.Le Phare-Musée de St. Augustine possède et fait fonctionner son propre système optique. En juillet 2002, le phare fut fermé et cédé aux Services des Garde-côtes et des Parcs Nationaux par l'Administration des Services Généraux

Phare-Musée de St. Augustine (avec l'aimable autorisation de Ken Badgley)

Liens associés:

  1. Louis Aury et la prise de Fernandina (1817) http://www.amelianow.com/spring98aury.htm

  2. Achille Murat (années1820-1830)
    http://www.staugustinegovernment.com/the-city/featured-stories-archive/2_03/great_fla_bios/prince_napoleon.cfm

  3. La Maison d'Achille Murat à St. Augustine (c. 1790)
    http://www.news-journalonline.com/news/local/east-volusia/2011/12/19/daytona-museum-selling-historic-st-augustine-homes.html

  4. La Maison du Père O'Reilly et les Sœurs de St. Joseph
    http://www.oreillyhouse.org/

  5. Philippe Clark dans le Comté Pinellas, le site de la Plantation St. Hélène, propriété du comte Philippe Odet (1840)
    http://floridacitrushalloffame.com/inductees/1962-1969/1963/count_odet_philippe
    http://en.wikipedia.org/wiki/Odet_Philippe
    http://www.pinellascounty.org/park/11_philippe.htm

  6. «The Consulate»
    http://www.consulatesuites.com/about-the-consulate.cfm

  7. « Erre de lancement » de Tampa selon Jules Verne
    http://digital.lib.usf.edu:8080/fedora/get/usfldc:D33-0068/DOCUMENT_PDF?search_terms=chapin

  8. Parc de Ballast Point (à l'origine Parc Jules Verne
    http://www.tampagov.net/parks_search_webapp/ParkDetail.aspx?nbr=7http://www.neighborhoodlink.com/Ballast_Point/pages/381030

  9. «Route Marquis de Talleyrand »
    http://northshorejax.com/wp/?page_id=39

  10. Le Général Bernard et ses forts
    http://www.cr.nps.gov/history/online_books/regional_review/vol2-2b.htm
    http://www.nps.gov/guis/planyourvisit/fort-pickens.htm

  11. histoire/ Emil Dubois et des vignobles http://www.juliebettinger.com/uploads/SanLuisVineyardHistory_Bettinger.pdf

  12. Photographie de Dubois dans la collection de la Bibliothèque http://www.floridamemory.com/solr-search/results/?q=DuBois+AND+collection%3A%22Florida%20Photographic%20Collection%22&query=DuBois&searchbox=1&gallery=0

  13. John James Audubon
    http://fcit.usf.edu/florida/lessons/audubon/audubon.htm
    http://www.audubonhouse.com/aboutah.htm

  14. Le phare-Musée de St. Augustine
    http://www.staugustinelighthouse.com/visit/main

  15. Communauté de Passe-a-Grille
    http://articles.boston.com/2007-11-04/travel/29233105_1_dune-daytona-beach-local-historian

Florida Department of State, Division of Historical Resources
Tallahassee, 2012